Guide Pinel

quintesens-couv-pinel

Depuis sa création en 2014, le dispositif Pinel accorde des réductions d’impôts significatives à tout contribuable qui acquiert un logement neuf et s’engage à le louer pendant une période minimum de 6 ans.

Aujourd’hui, 48 % des biens neufs sont liés à un investissement en loi Pinel*. Un succès qui a permis de créer plus de 200 000 nouveaux logements depuis sa création et à de nombreux contribuables de réduire significativement leurs impôts, tout en se constituant un patrimoine immobilier.

Toutefois, dans un an, “Pinel” deviendra “Super Pinel”… Une dénomination galvaudée, car en réalité, les conditions d’éligibilité seront de plus en plus restrictives tandis que les taux de réduction d’impôt déclineront progressivement, jusqu’à la disparition du dispositif en 2024.

Si vous voulez profiter pleinement de ce levier fiscal plébiscité par les français, le compte à rebours est donc lancé.

Pour vous aider dans votre réflexion, nos experts en gestion de patrimoine et en fiscalité ont rédigé ce guide de la Loi Pinel. Vous y trouverez toutes les informations clés pour mieux connaître ses spécificités, ainsi que nos précieux conseils pour investir en toute sérénité.

*source : IGF inspection générale des finances

SOMMAIRE

  1. Présentation du dispositif Pinel
  2. Les conditions à remplir pour l’investisseur
  3. Les 10 idées reçues sur la loi Pinel
  4. Les 5 conseils de nos experts

Téléchargez le guide Pinel :

1. Présentation du dispositif Pinel

Contexte et enjeux

Que ce soit via le statut LMNP créé en 1949, la loi Malraux de 1962, les lois Censi- Bouvard, Scellier, Pinel, ou d’autres dispositifs de défiscalisation révolus ou toujours en vigueur, l’Etat n’a cessé d’encourager les particuliers à faire de l’investissement locatif en leur accordant des avantages fiscaux en contrepartie.

Il ne faut pas y voir de la générosité, mais plutôt un échange de bons procédés, étant donné que ces investissements privés répondent à des besoins en matière de logement que l’Etat n’est pas en mesure de satisfaire.

Le dispositif d’investissement locatif dit « Pinel », entré en vigueur le 1er janvier 2015, s’inscrivant dans la lignée de lois de défiscalisation, s’attaque à son tour à la pénurie de logements.

Ses deux enjeux principaux sont les suivants :

  • Encourager la construction de logements neufs dans les zones tendues, où le déséquilibre entre l’offre et la demande de logements est avéré et problématique ;
  • Développer une offre de logements intermédiaires, entre le marché locatif privé et le logement social, accessibles aux ménages qui, sans pouvoir prétendre au parc social, peinent à se loger via le marché classique.

Vue d’ensemble du dispositif Pinel

En bref, le dispositif Pinel permet de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu en cas d’acquisition ou de construction d’un logement neuf dans certaines villes, en contrepartie d’un engagement à le louer nu, à titre de résidence principale du locataire et à un prix inférieur à celui du marché, pendant six, neuf ou douze ans.

À qui le dispositif Pinel est-il destiné ?

Sont a priori concernés tous les ménages payant plus de 2 500 € d’impôt sur le revenu par an.


Il faut comprendre qu’un investissement Pinel est financé par les loyers perçus, la réduction d’impôt et l’effort d’épargne de l’acquéreur, selon la répartition approximative suivante :

quintesens-guide-pinel-1

Compte tenu du faible effort d’épargne exigé et de la possibilité (dans certains cas), d’acheter sans apport, ce dispositif est accessible à une majorité de Français.

quintesens-guide-pinel-4

Vous voulez savoir si vous êtes éligible au dispositif Pinel ?
Prenez rendez-vous pour réaliser un bilan patrimonial gratuit avec l’un de nos conseillers.

Réduction d’impôt

La réduction d’impôt correspond à un pourcentage du montant total de votre investissement – frais de notaire et éventuels travaux compris – dans la limite de 300 000€ et à 5 500 €/m2 par foyer fiscal et par an.


Le pourcentage de réduction d’impôt dépend de la durée d’engagement de location.

quintesens-guide-pinel-17

L’investissement Pinel ne peut porter que sur deux appartements par an. Ainsi, en achetant 3 logements de 30 m2 à 100 000 € chacun, le montant retenu pour la réduction d’impôt sera de 200 000 € et non de 300 000 €.

Par ailleurs, même si dépasser le plafond de 300 000 € n’augmentera pas la réduction d’impôt qui vous sera accordée, cela peut tout de même être intéressant d’un point de vue patrimonial.

Bon à savoir
En France, il existe depuis 2013 un plafonnement global des avantages fiscaux fixé à 10 000 € par foyer fiscal par an.

Pour avoir les ordres de grandeur présents à l’esprit, voici un tableau chiffrant les réductions d’impôt en fonction du montant de l’investissement et de la durée d’engagement de location :

quintesens-guide-pinel-10

Attention
Le montant de l’investissement est plafonné à 5 500 €/m2. Cela signifie que dans le cas d’un appartement de 15 m2 acheté à Paris pour 150 000 € (soit 10 000 € du m2), le montant retenu pour la réduction d’impôt sera 15 x 5 500 soit 82 500 €, et non 150 000 €.

quintesens-guide-pinel-14

Atouts connexes

En plus de la réduction d’impôt, le dispositif Pinel induit d’autres avantages qui faciliteront et pérenniseront la location de votre bien.

Un logement attractif :

  • En tant que logement neuf, un appartement Pinel est soumis à des normes environnementales strictes et consomme en conséquence très peu d’énergie. Les charges sont minimes pour le locataire.
  • Le niveau de confort du logement est élevé grâce à une isolation et une insonorisation nettement meilleures que dans l’immobilier ancien.

Outre la satisfaction de louer un bien décent, et non une passoire thermique ou un logement insalubre qui nécessiteront de coûteux travaux de rénovation, ces caractéristiques, conjuguées à la tension locative des villes où s’applique le dispositif et au plafonnement des loyers qu’il impose, vous apportent l’assurance de trouver un locataire rapidement.

Une location longue durée :

Pour profiter du dispositif Pinel, l’investisseur s’engage à louer son bien à titre de résidence principale. L’avantage par rapport à la location saisonnière est double :

  • moins de dégradations, donc moins de travaux ponctuels de rénovation ;
  • moins de turnover, d’autant moins d’ailleurs que le logement est confortable.

Ainsi, les loyers sont le plus souvent perçus sans interruption, ce qui sécurise l’investissement.

Téléchargez le guide Pinel :

Pinel : une opportunité tant fiscale que patrimoniale

Du point de vue fiscal, le dispositif Pinel est très avantageux du fait de la réduction d’impôt qui s’applique dès l’année où le bien est loué, puis tous les ans jusqu’à la fin de l’engagement de location.

Du point de vue patrimonial, l’investissement Pinel vous aide à devenir propriétaire d’un bien immobilier. Si l’engagement de location vous lie pendant 6 ans, il n’en reste pas moins que vous pouvez librement disposer du bien à échéance. La décision de renouveler l’engagement pour 3 ans ou plus vous revient et doit être étudiée le moment venu.

En quittant le dispositif, plusieurs options s’offriront à vous : garder le bien pour continuer à le louer sans plafond (nu pour des locations longue durée, ou meublé sous le statut LMNP), le revendre, le démembrer pour le transmettre à vos enfants, faire de la location saisonnière, ou même le transformer en résidence secondaire.

quintesens-guide-pinel-15

Les conditions à remplir pour l’investisseur

Évidemment, de telles réductions d’impôt ne vont pas sans un certain nombre de conditions à respecter. Celles-ci laissent toutefois un très large éventail de choix en ce qui concerne le type de logement et son emplacement.


En fonction de votre projet, il convient de bien vous renseigner pour profiter au maximum du dispositif.

Conditions liées à l’investissement immobilier

Types d’acquisitions

Le dispositif Pinel s’applique aux logements neufs et s’étend aux catégories suivantes :

  • Logement en l’état futur d’achèvement (VEFA) ;
  • Logement neuf n’ayant jamais été habité ni utilisé ;
  • Logement à construire ;
  • Logement ancien faisant l’objet de travaux pour être transformé en logement neuf ;
  • Local affecté à un usage autre que l’habitation et faisant l’objet de travaux de transformation en logement.

À noter
Depuis le 1er janvier 2021, le dispositif Pinel s’est recentré sur le logement collectif, il ne concerne désormais que les appartements. Les maisons et logements individuels ne sont plus éligibles.

Bon à savoir
Une vente en l’état futur d’achèvement, ou VEFA, est un contrat par lequel l’acheteur acquiert un bien immobilier à construire ou en cours de construction auprès d’un promoteur. Ce dernier s’engage à livrer un logement conforme dans un délai déterminé. De nombreuses garanties protègent l’acheteur. La majorité des investissements en loi Pinel passe par une VEFA.

Période de l’investissement

Le dispositif Pinel est applicable aux opérations réalisées entre le 1er janvier 2015 et le 31 décembre 2024. Les réductions d’impôt seront toutefois revues à la baisse à compter de 2023.

Bonne nouvelle, la réduction d’impôt n’est pas rétroactive. En souscrivant à un Pinel en 2022, vous bénéficierez des mêmes réductions tout au long de votre investissement.

Limites géographiques

Pour être éligible au dispositif, il est nécessaire d’acheter un bien dans l’une des trois zones où la tension locative est la plus forte : A, A bis et B1.

Les zones B2 et C sont exclues.

quintesens-guide-pinel-13
  • Zone A bis : Paris ainsi que 76 communes de la petite couronne (78, 92, 93, 94, 95)
  • Zone A : agglomération de Paris, Côte d’Azur, partie française du Grand Genève, ainsi que certaines communes où le logement est particulièrement cher.
  • Zone B1 : villes de plus de 250 000 habitants, Corse, départements d’outre-mer (Martinique, Guadeloupe, Guyane, La Réunion et Nouvelle-Calédonie), ainsi que certaines agglomérations comme Toulouse, Bordeaux, La Rochelle ou Annecy.
quintesens-guide-pinel-9

Bon à savoir
Le dispositif Pinel fonctionne selon le même principe dans les DOM-TOM. Cependant, les taux de réduction d’impôt sont nettement supérieurs : 23 % pour 6 ans, 29 % pour 9 ans, 32 % pour 12 ans. En prime, le plafond de défiscalisation y est de 18 000 €, contre 10 000 € en métropole. Il est toutefois recommandé de très bien connaître la ville où l’on compte investir et d’être accompagné par un professionnel local.

Performance énergétique

Les logements Pinel doivent respecter la réglementation thermique (RT 2012 ou RE 2020 selon la date d’obtention du permis de construire) qui s’applique aux constructions neuves, c’est-à-dire afficher une consommation d’énergie primaire inférieure à 50 kWh/m2/an. Cette réglementation augmente l’attractivité du bien en garantissant un niveau de confort élevé d’une part, des charges faibles d’autre part.

quintesens-guide-pinel-16

Délais d’achèvement du logement

Selon le type d’acquisition, la loi Pinel définit des délais maximaux d’achèvement.

quintesens-guide-pinel-5

Conditions de location du logement

La location des logements Pinel est encadrée. Plusieurs conditions s’appliquent :

  • Le loyer est plafonné, en fonction de la zone et de la surface (voir tableau ci- dessous) ;
  • Le logement doit être loué nu, c’est-à-dire non meublé, à titre de résidence principale ;
  • Le logement doit être loué au plus tard un an après l’achèvement de l’immeuble ou après son acquisition ;
  • L’engagement de location est de 6 ans minimum. L’investisseur ne pourra pas disposer librement de son bien durant sa période d’engagement, sauf cas exceptionnels.
  • Il y a obligation à relouer rapidement le logement entre deux locataires. Pour continuer à profiter du dispositif, la durée de vacance locative ne doit pas excéder 12 mois.
  • Il est possible de louer à un ascendant ou descendant majeur, pour peu qu’il ne soit pas rattaché au foyer fiscal du propriétaire et qu’il respecte les plafonds de revenus

Bon à savoir
Si vous le souhaitez, Quintésens fait appel à son partenaire Quiétis Gestion, filiale de Pluralle Groupe, pour assurer la gestion locative de votre bien. Vous pouvez ainsi investir en toute tranquillité, sans avoir à vous soucier de trouver un locataire, gérer les contentieux, ou encore subir des loyers impayés. Rappelons que les charges de gestion et d’assurance sont déductibles de vos revenus locatifs, ce qui diminue également votre impôt sur le revenu.

quintesens-guide-pinel-12

Conditions liées au choix du locataire

Le revenu fiscal de référence du locataire doit être inférieur à un seuil, déterminé en fonction de la composition de son foyer fiscal et de la zone considérée.

quintesens-guide-pinel-2
quintesens-guide-pinel-3

3. Les 10 idées reçues sur la loi Pinel

Idée reçue n°1 : « La loi Pinel c’est du logement social »

C’est faux !

Le dispositif Pinel encourage la construction de logements intermédiaires, ne relevant pas du logement social, destinés à être loués à un public qui éprouve des difficultés à se loger via le marché classique, sans pour autant pouvoir prétendre au parc social.

Pour s’assurer que les logements Pinel profitent aux personnes ciblées, il est primordial de sélectionner les locataires selon leurs ressources.

Ajoutons qu’en contrepartie des réductions d’impôt accordées, les loyers sont plafonnés, ce qui a l’avantage de les rendre compétitifs et permet de louer son bien rapidement et durablement.

Idée reçue n°2 : « C’est un investissement risqué »

Oui et non.

Tout investissement comporte un risque, cependant l’investissement Pinel fait partie des moins risqués qui soient.

Rappelons que la pierre est une valeur refuge, privilégiée par les Français qui se constituent un patrimoine. Opter pour l’immobilier neuf permet en outre de bénéficier de nombreuses garanties et assurances qui sécurisent l’investissement.

Considérez maintenant que cet investissement est financé à hauteur de 15 à 25 % par la réduction d’impôt et à moitié par les loyers perçus. Oscillant entre 25 et 35 % du montant de l’investissement, l’effort d’épargne lissé sur la durée de l’emprunt représente quelques centaines d’euros par mois.

Si l’investissement a été bien fait, le risque d’insolvabilité est quasi nul.

Idée reçue n°3 : « L’ancien est plus rentable que le neuf »

Pas tout à fait…

Le neuf est encore et restera toujours plus cher que l’ancien. Oui, la rentabilité brute est meilleure dans l’ancien. Pour ce qui est de la rentabilité nette, sur dix ans par exemple, c’est beaucoup moins évident. Considérons les inconvénients de l’ancien et les avantages du neuf, susceptibles de faire pencher la balance en faveur du second.

Inconvénients de l’ancien :

  • Revenus locatifs taxés, sans qu’il y ait d’avantage fiscal en contrepartie ;
  • Charges plus élevées (efficacité énergétique moindre du bâti et des équipements) ;
  • Travaux plus fréquents dans l’ancien, notamment à cause des rénovations imposées par les nouvelles réglementations énergétiques, et moins prévisibles.

Avantages du neuf :

  • Respect des normes énergétiques les plus strictes, ce qui en plus de réduire l’empreinte carbone du logement implique des charges faibles.
  • L’attractivité du bien augmente ;
  • Assurance décennale sur le bâti : pas de mauvaises surprises ;
  • Assurance biennale sur les équipements ;
  • Frais de notaire d’environ 2,5 % dans le neuf, contre 7 à 8 % dans l’ancien.

Téléchargez le guide Pinel :

Idée reçue n°4 : « Tous les logements risquent d’être mis en vente au même moment »

Cette crainte n’est pas justifiée, pour plusieurs raisons :

  • Au sein d’un programme immobilier, il y a maximum 30 à 40 % de logements Pinel, ce qui réduit le volume de ventes potentielles.
  • L’engagement de location portant sur 6, 9, 10, 11, voire 12 ans, le dispositif prévoit une ventilation. Pour une même résidence, les ventes seront ainsi échelonnées dans le temps.
  • Tout le monde ne vendra pas à la fin du dispositif. Certains conserveront leur bien. Les loyers n’étant plus plafonnés, rien ne vous empêche de continuer à le louer. D’autres portes de sorties sont envisageables.
  • Quand bien même deux appartements d’une même résidence seraient vendus au même moment, ils ne seraient pas nécessairement en concurrence du fait de leur nature (studio, T2, T3…).

Idée reçue n°5 : « On ne peut pas louer à ses enfants »

C’est faux !

Il est possible de louer son bien via le dispositif Pinel à un descendant (ou à un ascendant), à condition que celui-ci ne soit pas rattaché au foyer fiscal de l’investisseur et qu’il respecte les plafonds de ressources. Dans le cas d’un enfant faisant ses études, il est préférable de bien se renseigner pour s’assurer que la réduction d’impôt compensera la perte éventuelle de part.

Idée reçue n°6 : « On ne peut pas investir en Pinel où l’on veut »

Effectivement, il n’est possible de profiter du dispositif que dans les zones A, A bis et B1, c’est-à-dire dans des villes à forte tension locative, où le besoin de logements neufs est important.

En ce qui concerne le choix du bien et de sa localisation, plutôt qu’un raisonnement immobilier standard, ou pire : affectif, un raisonnement financier et fiscal doit être privilégié. Votre conseiller Quintésens vous apportera l’objectivité et l’expertise nécessaire à votre choix.

Idée reçue n°7 : « On ne peut pas disposer de son bien quand on veut »

Il est vrai que l’on s’engage à louer son bien pendant au moins 6 ans. Pour ne pas risquer la reprise des avantages fiscaux perçus, il faudra donc attendre que cet engagement prenne fin avant de pouvoir en disposer librement.

Il existe cependant trois motifs de rupture de l’engagement n’entraînant pas de reprise fiscale :

  • Décès
  • Invalidité (2e et 3e catégorie)
  • Licenciement économique

Idée reçue n°8 : « Les logements Pinel sont de mauvaises qualité »

C’est faux.

Les logements Pinel doivent respecter les normes contraignant la construction d’immobilier neuf, notamment la réglementation thermique en vigueur qui vise à atteindre un niveau de consommation énergétique très faible. Pour ce faire, le promoteur ou le constructeur se plient à un cahier des charges strict qui les oblige à choisir parmi certains matériaux ayant fait leurs preuves.

Par ailleurs, il existe autant de types de logements Pinel que de programmes immobiliers neufs, tous ne se valent pas, d’où l’importance de se faire accompagner dans le choix de son bien.

Enfin, rappelons qu’une garantie décennale sur le bâti est accordée à l’acheteur. Toute malfaçon découverte dans les dix ans suivant la livraison du logement sera rénovée à la charge de l’assureur.

Idée reçue n°9 : « Un financement total est à privilégier. »

Il est recommandé d’emprunter pour financer son investissement Pinel. Vous profitez ainsi d’une double bascule fiscale articulée entre la réduction d’impôt d’une part, et la déduction des intérêts des revenus locatifs imposables d’autre part.

Mais attention ! Les réglementations bancaires sont de plus en plus strictes. Acheter sans apport est devenu exceptionnel, bien que cela soit encore possible pour certains.

Idée reçue n°10 : « Je n’ai pas de garantie sur la construction de l’immeuble. »

Faux !

Tout promoteur, pour chacun de ses programmes, a l’obligation d’obtenir une garantie financière d’achèvement (GFA). Celle-ci apporte une sécurité décisive à l’investisseur en lui garantissant que la construction sera achevée, les frais de construction étant couverts par la banque en cas de faillite du promoteur.

D’autres garanties sont apportées par le promoteur, telles que :

  • la garantie de remboursement,
  • la garantie de parfait achèvement,
  • la garantie d’isolation phonique,
  • la garantie biennale de bon fonctionnement des équipements,
  • la garantie décennale sur le bâti.

4. Les 5 conseils de nos experts

1. Ciblez une ville attractive

Neuf fois sur dix, investir près de chez soi est une fausse bonne idée.
Retenez qu’en matière de Pinel, ou plus largement en investissement immobilier, il ne faut surtout pas s’en remettre à l’affect.

Avant d’arrêter votre choix sur une ville, vous devez absolument considérer diffé- rents indicateurs, tels que sa tension locative, sa croissance démographique, son essor économique ou encore les projets de développement annoncés pour les années à venir.

Cela suppose une connaissance fine du marché immobilier.

Confrontant votre projet à un ensemble de critères objectifs, nos conseillers vous aident à prendre les bonnes décisions pour maximiser le rendement de votre investissement.

2. Faites attention au prix du mètre carré et à la surface

Il est important de bien garder en tête que le montant de l’investissement servant au calcul de la réduction d’impôt est doublement plafonné, à 300 000 € et à 5 500 €/m2.

Si le prix du mètre carré est supérieur à 5 500€, le montant retenu est obtenu en multipliant la surface par 5 500, sans pouvoir dépasser 300 000 €.

Exemple 1 : Acquisition d’un appartement de 40 m2 pour 200 000 € à Nice. Le prix du mètre carré étant de 5 000 €, le montant retenu pour calculer la réduction d’impôt sera de 200 000 €.

Exemple 2 : Acquisition d’un studio de 20 m2 pour 200 000 € à Paris. Le prix du mètre carré étant de 10 000 €, le plafond est dépassé ; le montant retenu pour calculer la réduction d’impôt sera donc de 10 x 5 500, soit 55 000 €.

À montant investi égal, la réduction d’impôt peut varier du simple au double.

Par ailleurs, la surface entre en compte dans le calcul du plafond du loyer. Pour calculer ce plafond, il faut appliquer un coefficient multiplicateur calculé selon la formule suivante, S étant la surface du logement : 0,7 + 19/S

Pour dire les choses simplement : plus le logement est grand, plus le plafond sera élevé.

3. Reconsidérez votre engagement après 6 ans

Pour rappel, fiscalement, les neuf premières années sont les plus intéressantes. Chaque année, vous bénéficierez d’une réduction d’impôt de 2 % du montant total de votre investissement, ce qui représente de 2 000 à 6 000 € annuels. Cette réduction passera à 1 % pour les années 10, 11 et 12.

Il faut cependant garder à l’esprit qu’au départ, vous vous engagez pour 6 ans. La question de prolonger à 9 ans, puis à 10, 11, 12 ans, se posera en temps voulu, la réponse dépendant de plusieurs critères, notamment de l’état du marché locatif local.

Par exemple, si le cours des loyers a beaucoup grimpé dans la ville où vous avez investi, il pourra être plus intéressant de sortir du dispositif pour continuer à louer avec un loyer déplafonné, la disparition de votre réduction d’impôt étant alors plus que compensée par l’augmentation de vos revenus locatifs nets.

4. Tenez compte du plafonnement global des avantages fiscaux

Le plafonnement global des avantages fiscaux (ou niches fiscales) consiste à limiter le montant des avantages fiscaux dont vous pouvez bénéficier chaque année pour le calcul de l’impôt sur le revenu.

Le plafond est depuis 2013 de 10 000 € par an et par foyer fiscal.

Par exemple, si on prend le cas d’un foyer fiscal qui bénéficie d’un crédit d’impôt pour emploi à domicile de 6 000 € et d’une réduction d’impôt pour investissement locatif Pinel de 5 000 €, le plafond global est dépassé, puisque 6 000 € + 5 000 € = 11 000 €. L’avantage fiscal sera donc limité à 10 000 €.

L’emploi à domicile, les frais de garde d’enfant, l’investissement locatif, la sous- cription au capital d’une PME sont, entre autres, concernés par ce plafonnement global. Il est indispensable de considérer vos niches fiscales, existantes ou à venir, avant d’investir en Pinel.

Précisons que les frais d’établissement de personnes dépendantes, les dons aux organismes d’intérêt général ou les frais de scolarité des enfants n’entrent pas en compte.

Pour plus de renseignements sur les dispositifs cumulables, prenez rendez-vous avec un de nos conseillers.

5. Ne sortez pas trop tôt du dispositif

Hormis les trois cas exceptionnels permettant de sortir du dispositif de façon anticipée sans encourir de reprise fiscale, il faudra attendre la fin de l’engagement pris, d’au moins 6 ans, pour disposer librement de votre bien.

A ce moment-là, plusieurs solutions s’offriront à vous :

• Revendre le bien, avec la possibilité de lancer un autre projet pour profiter d’une nouvelle réduction d’impôt ;

• Ou conserver le bien et :

  • Continuer à le louer nu, en profitant du loyer déplafonné pour se créer un complément de revenu en vue de la retraite ;
  • Monter une SCI familiale pour intégrer les héritiers dans la structure et leur transmettre progressivement du patrimoine ;
  • Le transformer pour faire de la location meublée afin de profiter d’un abattement fiscal sur les revenus locatifs plus important qu’en nu via le statut LMNP ;
  • Le démembrer pour donner la nue-propriété à qui l’on souhaite ;
  • En faire une résidence secondaire pour alterner vacances personnelles et location saisonnière.

Conclusion

Vous l’aurez compris, le dispositif Pinel est intéressant d’un point de vue fiscal. Faire les bons choix n’a cependant rien d’évident. Quelle ville ? Quel bien ? Quelle durée d’engagement ? Quel loyer ? Autant de questions auxquelles il faudra ap- porter des réponses éclairées afin d’optimiser votre investissement Pinel.

Pour ce faire, il est recommandé de vous rapprocher d’un conseiller en gestion de patrimoine. Celui-ci :

  • vous exposera clairement les différentes options qui s’offrent à vous, en fonc- tion de votre situation ;
  • vous aidera à définir votre projet et vous accompagnera à chaque étape de sa mise en oeuvre ;
  • vous présentera notre offre de gestion locative grâce à laquelle vous écono- miserez beaucoup de temps ;
  • vous proposera des solutions fiscales complémentaires si besoin.

Avec Quintésens, votre audit patrimonial est offert. Ce bilan est incontournable avant d’investir. Il vous permettra notamment de savoir si vous êtes éligible et servira à calibrer votre investissement.

Et rappelez-vous : c’est la dernière année pour profiter du dispositif à taux plein. Alors n’hésitez plus, prenez contact avec nos conseillers et agissons ensemble, maintenant !

Faites le point avec un conseiller Quintésens dès maintenant !

Simulez votre
réduction d'impôts
être rappelé par un expert