La fin du dispositif Pinel a été programmée. Il est donc légitime de se poser la question sur l’intérêt de réaliser un investissement locatif. Pour lever le voile sur vos doutes, voici la réponse de Claire Pouget, directrice de l’agence Quintésens de Clermont-Ferrand.

quintesens-cta-simulation
bouton simulation de réduction d’impôts gratuite

Avec la situation actuelle (taux d’intérêts historiquement bas, situation fiscale difficile, campagne présidentielle…) les particuliers se jettent sur les opérations Pinel. Ce dispositif aux nombreuses qualités qui prendra fin en 2024 reste très attractif. Claire Pouget nous explique.

Le Pinel intéressant à partir de 3000 € d’impôts

Les conditions actuelles du dispositif Pinel resteront les mêmes jusqu’à la fin de 2022. Jusqu’à sa disparition en 2024, il va devenir dégressif à partir de 2023 à l’exception des bâtiments et logements à hautes performances énergétiques.

« Pinel est un excellent levier pour les contribuables qui souhaitent créer un patrimoine immobilier. Pour rappel, ce dispositif permet de déduire une partie de l’achat d’un logement de ses impôts en contrepartie d’une mise en location pendant 6, 9 ou 12 ans. Il est intéressant pour les Français qui paient au moins 3 000 € d’impôts », nous informe Claire Pouget. La preuve étant que l’annonce de fin du dispositif Pinel a provoqué un regain d’intérêt.

À lire aussi :  Comment bien investir grâce à la loi Denormandie ?

quintesens-cta-Telecharger-guide
bouton télécharger le guide gratuit quintésens

« La possible hausse de la fiscalité dans les prochaines années encourage les Français à se jeter sur les « bonnes affaires ». Pinel constitue actuellement ce bon plan », analyse Claire Pouget. La restriction des zones et le fait que ce ne soient que des logements collectifs n’a pas freiné les particuliers non plus.
« Ce sont des projets dans des zones attractives et dynamiques. Le risque de vacances locatives est minime et maîtrisé. Le dispositif est également inscrit dans une Loi Cadre. Initier un Pinel aujourd’hui c’est s’assurer une optimisation fiscale sur les 6, 9 ou 12 années à venir alors que la pression fiscale pourrait être amenée à évoluer », ajoute Claire Pouget.

Des investissements locatifs qui suivent les tendances

La crise a causé un changement chez les critères des Français en termes d’immobilier. Alors qu’avant la crise les extérieurs n’avaient que peu d’importance, aujourd’hui c’est le total opposé. « Les particuliers ont conscience de l’avantage que représente un extérieur par rapport aux autres biens concurrents sur le marché. C’est un critère qui est monté en haut de la liste même chez les investisseurs », nous précise Claire Pouget.

Terrasses, rez-de-jardin, performance énergétique sont des critères très importants à l’heure actuelle. En plus du besoin d’espace, les locataires sont très attentifs à la performance énergétique pour mieux maîtriser le coût du logement.